2 comments on “L’accident photographique

  1. Intéressant et tellement
    vrai ce rôle du hasard et de l’accident en photographie.

    Par contre, je comprends
    mal l’influence de la technologie. Elle facilite pourtant la multiplication des
    expériences et des transgressions. Se tromper volontairement ou involontairement
    dans le réglage de son reflex serait moins créatif que de se tromper de
    révélateur ?

    • Bonjour,

      il faut replacer ma réflexion à ce sujet dans le cadre de la photographie non expérimentale : reportage, vacances, etc. Tous les cas dans lesquels l’accident n’est pas recherché.
      Dans ce cas, je pense effectivement que nous assistons une normalisation de la photographie à cause de la toute puissance de la technologie.
      Vous dites : « se tromper involontairement dans les réglages de son reflex » (j’exclus le terme « volontairement »). Mais peut-on encore réellement se tromper involontairement ? Les productions d’agences, même prestigieuses, sont pour le moins explicites : les effets se trouvent essentiellement dans la dramatisation via des retouches de couleurs (Jean-François Leroy a d’ailleurs refusés plusieurs travaux qualifiés de « Hollywoodiens »).
      Je n’ai rien contre l’électronique ou le numérique, que cela soit entendu. Je travaille beaucoup avec. Ce qui est important, c’est la posture que prennent les photographes vis-à-vis de leur outils. Je trouve qu’ils sont de plus en plus fascinés par la technique, se reposent dessus et contribuent de cette manière à créer un standard « technologique » comme repère esthétique.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

You can encrypt your comment so that only Guillaume can read it.

Laisser ces deux champs tels quels :